Stats & cartes

Retour à l'accueil

Annuaire écus 2017

Cet annuaire contient des données complémentaires, non disponibles sur Stats & cartes, telles que les effectifs d'équidés, les exportations, les emplois, les flux financiers, etc..


 
Cliquez ici 

Vos données personnalisées

Pour commander des données personnalisées, des listes de chevaux ou de personnes, cliquez ici !

Origine des données

Ces statistiques reposent sur l'exploitation de bases de données et d’études:

- La base SIRE gérée par l'IFCE est une source majeure de données sur les équidés en France puisqu'elle archive un très grand nombre de données suite à l'identification des chevaux et l'enregistrement des personnes qui les détiennent (naisseurs, propriétaires, etc.).

- D'autres données sont également consolidées par l'Observatoire Economique et Social du Cheval et proviennent d'une quarantaine de partenaires, plus ou moins spécifiques de la filière équine (FFE, France Galop, AFASEC, MSA, etc.). L’Institut de l’Elevage, les Conseils des Chevaux et les Chambres d’agriculture contribuent également à l’amélioration de la connaissance économique en tant que partenaires au sein du Réseau Economique de la Filière Equine (REFErences).

Définitions des données utilisation

Les courses

  •   Réunion, course, société de course, fédération, hippodrome

Une réunion de courses est un ensemble de 6 à 9 courses se déroulant à la suite les unes des autres sur un même hippodrome. En général, une réunion est composée de courses au galop (plat et/ou obstacles) ou de courses au trot (attelé et/ou monté), mais rarement des deux.
La plupart des hippodromes sont gérés par des sociétés de course de province, regroupées en 10 Fédérations régionales. Les sociétés mères France Galop et SECF gèrent également directement 10 hippodromes en France. Ce sont elles qui définissent chaque année le calendrier des courses organisées.

  •  Acteurs: propriétaires, entraineurs, chevaux à l'entrainement

L’activité des courses en France est très structurée. Elle repose sur des chevaux de course dont la propriété est réglementée, les autorisations de faire courir un cheval étant délivrées par les sociétés-mères. La profession d’entraîneur de chevaux de courses est également réglementée : elle nécessite l’octroi d’une licence délivrée par les sociétés-mères. Pour prendre part à une course, un cheval doit être « déclaré à l’entraînement », c’est–à-dire comme faisant partie de l’effectif d’un entraîneur habilité.

  • Modes d'enregistrement des paris hippiques

En France, seul le mode de pari sous forme mutualisée, qui fait jouer les parieurs en masse commune, est autorisé. Les paris sont enregistrés ou bien sur hippodrome, ou bien hors hippodrome en points de vente PMU ou par Internet, pour les courses supports aux paris à distance. Depuis 2010, tout opérateur agréé par l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux En Ligne) peut proposer des paris hippiques sur Internet. En octobre 2012, 8 opérateurs de paris hippiques en ligne disposent d’un agrément délivré par l’ARJEL : Betclic, Beturf, France Pari, Geny Infos, Joaonline, PMU, SPS Betting France, Zeturf.

  •  Encouragements

Les sociétés-mères des courses sont chargées du versement des prix et allocations sur les courses organisées en France. En plus de cette dotation, les encouragements englobent les primes aux propriétaires, les primes aux éleveurs, ainsi que d’autres contributions (transport, autres indemnités). Ces encouragements sont alimentés par une part du prélèvement sur les enjeux, qui retourne à la filière. Le montant des encouragements évolue ainsi en lien avec la progression des enjeux sur les courses hippiques.

 

Equitation - compétition

  • Licences pratiquant

L’une des missions de la Fédération française d’équitation (FFE) est, comme pour toute fédération sportive, la délivrance de licences à ses pratiquants adhérents. Les licences équestres sont fléchées, selon l’activité dominante pratiquée : « cheval », « poney » ou « tourisme ». Elles constituent une source majeure d’informations sur le profil des équitants (âge, sexe, localisation) et sur le développement de la pratique en France, selon leur localisation (taux de pénétration). 

L’équitation concerne également d’autres cavaliers non licenciés, puisque la pratique régulière de l’équitation concernerait plus de 1,5 millions de Français*.
* Source : enquête FFE-sociovision, 2006

  •   Saison équestre

Les licences délivrées par la FFE sont valables pour une saison sportive, qui s’étend du 01 septembre d’une année N-1 au 31 août de l’année N.

  •  Compétition

Pratiquer l’équitation en compétition nécessite l’octroi d’une licence spécifique complémentaire, en plus de la licence pratiquant. Cette pratique se répartit en 3 niveaux : club, amateur, professionnel. La FFE définit les règlements des compétitions équestres et en centralise informatiquement l’organisation. Les compétitions de niveau club ne font pas l’objet de dotations et depuis 2004, les compétitions de niveau amateur ne sont plus nécessairement dotées. 

  • Etablissements équestres

La plupart des structures proposant des prestations équestres en France sont adhérentes à la FFE. Ces groupements adhérents, au statut associatif ou professionnel privé, se répartissent entre des clubs équestres où l’activité d’enseignement prédomine, et des organisateurs dont l’activité réside dans l’organisation de compétitions ou autre rassemblement de cavaliers (randonnées, etc.).

  Viande

  •  Cotations

Des cotations hebdomadaires sont établies par enquête auprès d’un échantillon d’entreprises d’abattage et diffusées par FranceAgrimer pour fournir des indicateurs sur le prix des animaux à l’entrée à l’abattoir. Il s’agit de prix hors taxe, exprimés en euros par kilo de carcasse, obtenus par moyenne nationale pondérée de cotations établies par des commissions régionales.

Les cotations relatives aux équidés distinguent 4 catégories d’animaux, selon la conformation, l’état d’engraissement et le poids de l’animal (quelque soit le sexe ou la race). Le « laiton » correspond à une carcasse légère à viande claire provenant d’un animal de moins d’un an ; le « poulain » concerne une carcasse plus lourde à viande plus foncée provenant d’un animal généralement âgé de 15 à 24 mois. Chez les chevaux d’âge, les carcasses légères (inférieures à 360 kg) correspondent à des chevaux de races légères de type sang, à la différence des carcasses lourdes (supérieures à 360kg) issues de « races lourdes » (races de trait).

  • Prix de viande au détail
Les prix de viande au détail publiés par FranceAgriMer reposent sur les informations d’achats d’un panel de consommateurs, relevés par Kantar World Panel (ex-TNS). Ce panel constitué de 12 000 ménages fournit des données par période de quatre semaines (treize périodes sur l’année) sur les achats de viandes, volailles et charcuterie. Les prix en euro par kg de viande sont calculés à partir des montants en valeur et poids des achats du panel.
  • Consommation de viande
L’échantillon de ménages suivi par Kantar Worldpanel informe sur l’évolution des quantités de viande achetées entre chaque période d’enquête.
Sur une année donnée, la quantité de viande consommée est établie par bilan, à partir des abattages et du solde des échanges extérieurs de viande. L’unité utilisée pour mesurer les quantités de viande consommées est la tonne équivalent carcasse (T.E.C.), qui permet d'avoir une unité commune aux différentes productions agricoles.